Iran Tourisme - Informations Générales - www.iran-tourisme.com

                 

Iran, Informations Générales

FICHE DE DONNÉES

Nom officiel: République islamique d'Iran (Jomhouri-e-Islami-e-Iran)    
Capitale: Téhéran
Type de gouvernement: théocratie
Président: Mohammad Khatami
Population: 66 900 000 habitants
Superficie: 1 648 000 km2 (3 fois la France)
Langue officielle: farsi (persan)
Monnaie: rial
Date de l'Indépendance: 1775
Date de la Constitution: 1979
Drapeau national:

drapiran.gif (43662 octets)   

Paysage et climat :

L'Iran possède une incroyable variété de climats et de paysages. Deux grands déserts s'étendent au centre du pays, un de sel, l'autre de sable. La plus grande partie de la région qui les entoure est formée d'un plateau élevé aride; mais l'Iran offre également de vastes chaînes de montagnes, de riches plaines et des vergers, des steppes arides et même des jungles. On peut cultiver presque tout en Iran, du riz et du coton au thé et au tabac.

red_flash.gif (995 octets) LE SAVIEZ-VOUS?

L'idée du canal de Suez n'est pas nouvelle, l'empereur perse Darius aurait commencé la construction d'un canal entre le golfe Persique et la Méditerranée il y a plus de 2000 ans.

Chaque région de l'Iran possède son propre climat. Les hautes montagnes des Kurdes sont couvertes de neige pendant de longs mois, alors que les ports du sud comme Buchehr et Bandar Abbas connaissent une chaleur accablante toute l'année. Sur le grand plateau qui constitue la majeure partie de l'Iran, l'été est sec et torride; l'hiver est presque aussi sec mais froid, avec des températures sous zéro. À Téhéran, par exemple, en hiver la température tombe à moins -20°C. En été, les Téhéranais aisés peuvent déserter leur ville suffocante pour des pique-niques d'une journée sous les arbres des collines plus fraîches de Shémiran. Ceux qui peuvent prendre de plus longs congés descendent au bord de la mer Caspienne pour jouir de la chaleur humide, des ciels gris et de la pluie.

Sur le plateau iranien, l'hiver ne dure que trois ou quatre mois.

Informations générales :

L'Iran est un pays multiethnique . L'ethnie la plus répandue est le perse. Les autres ethnies sont kurdes, Azeris, Gilaki, Mazanderani, Lurs, Baloutchs, Turkmènes. Preuve de cette diversité ethnique: 68 langues sont parlées en Iran.

Le Climat : Iran a un climat continental presque partout, chaud et sec en été, froid et sec en hiver. Les régions de la mer Caspienne sont chaudes et humides. Les saisons les plus agréables sont le printemps et l'automne (le nouvel an iranien commence le 21 Mars).

Le décalage horaire : 2H30 de septembre à mars et 1H30 d'avril à août par rapport à la France. Jours fériés : Jeudi et Vendredi.

La Douane : armes et munitions, alcool, revues pornographiques sont formellement interdits.

Les Devises : toutes les devises sont acceptées mais il est préférable de se munir de $US, FRF, DM ou YEN. Les devises doivent être déclarées à l'aéroport si le montant dépasse 2000 Dollars USD.

Les Vaccinations : aucune vaccination à l'exception du palu si vous vous rendez dans les régions marécageuses près de la frontière avec l'Irak.

Courant électrique : 220 Volt essentiellement.

Réseau routier : tout l'axe nord-sud est relié par autoroutes et nationales. Téhéran-Chiraz : 900 Km, Téhéran-Ispahan : 420 Km. Chaque capitale de province dispose d'un aéroport.

Monnaie : l'unité monétaire iranienne est le Rial. Il existe deux taux de change.

Une idée approximative des prix courants en Iran : un repas complet = 20 FRF, un café = 3 FRF, une bouteille de boisson gazeuse = 0.40 FRF, un paquet de cigarettes = 3 FRF, un litre d'essence = 0.20 FRF, un litre de gasoil = 0.05 FRF. 

 

Regard sur le passé :

Perché sur un plateau entre l'Europe, l'Asie et le Moyen-Orient, l'Iran a toujours joué un rôle central dans l'histoire du monde. La durée et la complexité de l'histoire iranienne peuvent se révéler comme un défi. Des bergers et des fermiers au pied des montagnes de Zagros peignaient des images de leur vie il y a 6 000 ans. Nous pouvons penser qu'Alexandre le Grand fait partie de l'histoire ancienne; mais il n'est apparu qu'au milieu de l'histoire moderne de l'Iran.

Les premiers siècles de l'histoire iranienne furent témoins de luttes entre rois et empires rivaux, comme les anciens Égyptiens, Babyloniens, Grecs, Assyriens et Perses (ancien nom des Iraniens) qui s'affrontaient pour la conquête des terres et du pouvoir. Au cours des 3 000 dernières années, à certaines périodes, la Perse régnait sur des régions dans trois continents. À d'autres époques, la Perse était à son tour envahie et gouvernée par des étrangers, par Alexandre le Grand, par des califes arabes, par les Turcs et par les troupes de Gengis Khan.

Les Iraniens réussirent, quand même, à absorber leurs conquérants, et les envahisseurs à leur tour s'intégrèrent à l'Iran. La culture persane devint de plus en plus riche et complexe, avec de multiples langues et groupes ethniques. Même aujourd'hui, l'histoire de l'Iran est le reflet de sa mosaïque ethnique. Pour ne mentionner que quelques groupes, dans le sud-ouest du pays, il y a de nombreux arabes, alors que le sud-est est habité par les Baloutchis. Le nord-ouest est peuplé d'Azéris; des descendants des Mongols se trouvent encore au nord-est. Les Kurdes sont concentrés dans les montagnes de Zagros, tandis que les Perses d'origine continuent de dominer le plateau central.

Le XXe siècle a été aussi fertile en événements que toutes les autres périodes connues de l'histoire de l'Iran. Un coup militaire renversa la dynastie corrompue Qadjar et plaça Réza Khan sur le trône. Réza Khan encouragea les investissements étrangers et les nouvelles entreprises, et tenta de mettre fin au pouvoir islamique en créant des tribunaux et des écoles laïcs. Il demanda même à la police d'enlever de force le voile des femmes dans la rue. Peu de ces changements affectèrent les campagnes et villages ruraux, mais une classe instruite, occidentalisée, se développa dans les villes. Pour la première fois, les femmes fréquentaient l'école et devenaient professionnelles.

Son fils, le second shah, poursuivit ces politiques. De nombreux musulmans détestaient les aspects anti-islamiques de son règne; d'autres Iraniens acceptaient le style de vie à l'occidental, mais se rebellaient contre la répression politique et les tortures infligées par la police secrète du shah. Les forces pro islamiques et pro démocrates manifestèrent ensemble dans les rues et forcèrent le shah à abdiquer; l'ayatollah Khomeiny devint chef de l'État.

L'Iran a aussi connu d'autres bouleversements ces dernières années. La guerre dévastatrice avec l'Iraq voisin lui a coûté presque toute une génération de garçons et de jeunes hommes. Le tremblement de terre de 1990 a aussi fait 50 000 victimes, plus que les pertes canadiennes de la Deuxième Guerre mondiale.

La vie de famille :

red_flash.gif (995 octets) LE SAVIEZ-VOUS?

L'Iran disposait d'un service de messagerie régulier au VIe siècle avant J.-C., avec des messagers à cheval. Ils devaient être peu à l'aise car, à l'époque, la mode était aux vêtements en cuir cintrés.

Il est impossible de généraliser à propos de la famille iranienne; les types de famille en Iran sont aussi nombreux que les paysages et les langues. La religion, la classe sociale et le groupe ethnique affectent la structure familiale. La foi bahaï insiste sur l'égalité des hommes et des femmes et sur la nécessité pour les filles de recevoir une bonne éducation. Le chiisme insiste sur la modestie et la soumission des femmes et des filles. Les femmes de l'élite et les citadines ont connu les plus grands bouleversements. Dans l'ensemble, elles ont fait face à plus de contraintes que les femmes des familles plus pauvres ou celles des campagnes, qui devaient souvent travailler pour la survie de leur famille.

Beaucoup d'Iraniens sont surpris de voir des Français se considérer avant tout comme individus plutôt que membres d'une famille et accorder plus d'importance à leurs propres inclinations qu'aux désirs de leur famille. Une telle attitude est très rare en Iran.

L'éducation :

red_flash.gif (995 octets) LE SAVIEZ-VOUS?

La ville de Yezd, dans le désert, a des maisons souterraines pour fuir la chaleur. Ces maisons possèdent des «tours d'aération» conçues pour capter le moindre coup de vent.

Dans les écoles publiques iraniennes, l'éducation religieuse est obligatoire. On exige beaucoup de mémorisation et de devoirs écrits dès les premières années.

red_flash.gif (995 octets) LE SAVIEZ-VOUS?

La Perse fut le premier pays à émettre des pièces à l'effigie d'un souverain, au VIe siècle avant J.-C.

Il est demandé aux enfants iraniens de se spécialiser très jeune. En première année d'école secondaire, ils doivent opter pour l'une des cinq voies d'études.

 

Le travail :

La semaine de travail de bureau est de cinq jours et demi, du samedi au jeudi midi. Le rythme de travail est moins rapide qu'en France et la concurrence est moindre.

Les loisirs :

L'activité récréative la plus populaire en Iran est d'aller chez des amis et des parents. Les Iraniens déménagent moins souvent que les Français et établissent des relations étroites avec leurs voisins. Le plus souvent, l'essentiel de l'activité sociale est dans le kuché (la rue) où les enfants peuvent jouer ensemble et les voisins bavarder. Nombre de familles vont chez des parents et amis deux ou trois fois par semaine. Les adultes se détendent et bavardent pendant que les enfants jouent.

Étant donné que les enfants passent de longues heures à faire leurs devoirs et que les filles aident souvent aux travaux ménagers, ils leur restent peu de temps pour jouer pendant l'année scolaire. Les parties improvisées de football remplissent les longues journées d'été des garçons qui n'ont pas à travailler; les filles ne peuvent faire de sport que dans des lieux fermés réservés. Beaucoup de jeunes Iraniennes apprennent très jeunes à coudre des vêtements pour leurs poupées et la broderie est un passe-temps populaire.

Aujourd'hui, l'essentiel des loisirs des Iraniennes se limite à recevoir leur famille proche et des amies; les hommes peuvent jouer au football ou, surtout à la campagne, passer leurs soirées avec des amis au café local.

Manger à la mode iranienne :

La nourriture en Iran est saine et particulièrement raffinée. L'hygiène y est satisfaisante et vous trouverez de nombreux restaurants traditionnels et aussi étrangers. Chaque province a ses particularités culinaires.

La cuisine iranienne traditionnelle offre une grande variété de sauces parfumées aux herbes, au jus de grenade, au citron vert séché,  cannelle, curcuma, sarriette, angélique, menthe fraîche, estragon, safran. Ce n'est pas seulement le goût mais aussi l'odorat qui est comblé de parfums subtils et d'arômes. Les gourmands sont au paradis : pâtisseries à la fleur d'oranger, au miel, aux amendes et à l'eau de rose. Rien que du bon.

Les boissons sodas sont servies en bouteilles et parfois en canettes. L'eau est potable, toutefois vous vous verrez toujours proposer de l'eau minérale iranienne en bouteille.

En règle générale, les Iraniens prennent trois repas par jour et font le marché quotidiennement. Pour un petit-déjeuner typique, vous pouvez avoir des oeufs, du beurre, du pain, du miel et du fromage blanc mou. Le repas principal est à la mi-journée. En général, les aliments sont disposés au centre de la table et chacun se sert. Il y a presque toujours du riz; l'agneau et le poulet sont les viandes préférées. (On mange rarement du porc en Iran, car il est interdit aux musulmans pratiquants; il n'est vendu que dans quelques magasins spécialisés pour les non musulmans.) Le boeuf est considéré comme une viande inférieure, acceptable pour un repas simple, mais non pour des invités. En dehors du nord de l'Iran, où un souper solide est la norme, le plus souvent, les repas du soir sont très légers et pris après 19 heures. En l'absence d'invités, le souper peut comprendre une omelette, des sandwiches ou du kuku (pommes de terre ou légumes cuits avec de l'oeuf).

Entre les repas et après le souper, les gens mangent légèrement, avec du thé, des biscuits, des pistaches, des gâteaux et d'excellents fruits d'Iran, comme des cerises, prunes, fraises, melons et grenades. Le thé est la boisson nationale, mais les jus de fruits gazéifiés, le sharbat et le doug (boissons à base de yaourt) sont aussi populaires.

Il y a peu d'épiceries iraniennes en dehors des grandes villes Françaises, mais tout magasin moyen-oriental offre normalement les ingrédients nécessaires à un repas iranien. Parmi les assaisonnements populaires, il y a le citron vert séché, le jus de grenade, la cannelle, le curcuma, le sumac et le safran, mais chaque région a ses épices et spécialités.

Si une famille iranienne vous invite à manger, votre repas sera sans aucun doute mémorable. N'oubliez pas les compliments à la cuisinière! En Iran, les compliments chaleureux font partie des bonnes manières.

Voici une recette simple pour un souper léger en Iran.

Pommes de terre kuku

5 pommes de terre
3 oeufs
1/4 de cuillère à thé de cari
sel, selon le goût
Bouillir les pommes de terre jusqu'à tendreté.
Les peler, les écraser et les mettre dans un grand bol.
Casser les oeufs dans le bol, y ajouter le cari et le sel.
Mélanger les ingrédients.
Chauffer de l'huile dans une poêle.
Faire de petites galettes avec le mélange.
Frire les galettes à température moyenne des deux côtés jusqu'à ce qu'elles soient dorées.
Mettre sur un plat et décorer avec des tomates en tranches, de l'oignon et du persil haché.


Susan Zarrinkelk, Iran ­ Cuisine, Syros Alternatives, 1990. Un livre illustré de recettes en français et en farsi.

 

A propos du Caviar iranien:

     red_flash.gif (995 octets) Caviar Béluga de la mer Caspienne:

        il s'agit de la plus grosse espèce d'esturgeons de la mer Caspienne. Le béluga peut peser jusqu'à 900 Kilos et pond les plus gros oeufs. Ils ne sont pas capables de pondre avant l'âge de 20 ans. C'est pour cela et pour leur saveur très douce, que ce caviar atteint les prix les plus élevés.

    red_flash.gif (995 octets) Caviar Osera de la mer Caspienne:

        l'esturgeon de cette espèce peut atteindre 300 Kilos, et produit des oeufs légèrement plus petits que ceux des belugas. L'osera atteint l'âge adulte - et donc de ponte - entre 12 et 15 ans. La couleur des oeufs est claire.

    red_flash.gif (995 octets) Caviar Sévruga de la mer Caspienne:

        ce poisson, qui peut atteindre 40 Kilos, est le plus petit et le plus nombreux des esturgeons de la mer Caspienne. Les oeufs également sont plus petits et ont un goût plus fort. Les sévrugas pondent vers 7 ans. La couleur des oeufs est en générale sombre: gris foncé voir noir.

De nombreux connaisseurs considèrent que le sévruga de la mer Caspienne est le meilleur des tous les caviars.

 

Communications :

Pouvez-vous trouver la ou les langues iraniennes qui sont apparentées au français?

FRANÇAIS FARSI (Persan) KURDE AZÉRI
deux de du ike
six chiche chaiche alté
neuf noh no doggos
mère madar daya ana
père pédar baba atta
fille daukhtar quiche gez
frère baradar brar gardash

La langue nationale de l'Iran est le farsi (parfois appelé persan), même si ce n'est la langue maternelle que de la moitié de la population et que beaucoup d'Iraniens ne le parlent pas. On parle beaucoup d'autres langues en Iran, notamment le kurde, le baloutchi, le talysh, le gilaki, le louri, le bakhtiari, le khalaj, l'azéri, le turkmène et le mazanderani. Chaque vague de nouveaux arrivants en Iran apporta sa langue, ce qui contribua à la riche mosaïque de dialectes et de langues du pays. De nombreuses langues iraniennes utilisent l'alphabet arabe, ce qui, pour la plupart des Français, les rend plus étrangères encore; cependant, certaines de ces langues sont apparentées de loin au français! (Vérifiez l'encadré ci-dessous pour deviner lesquelles.)

Les salutations et le placement des gens à table pour les Iraniens respectueux des traditions diffèrent de ce à quoi les Français sont habitués. Généralement, les hommes et les femmes s'assoient séparément. Alors que se tenir la main ou s'étreindre est très courant pour les personnes du même sexe, c'est très rare entre hommes et femmes qui ne sont pas mariés ni proches parents.

Bien qu'il soit poli d'appeler à l'avance avant une visite, les Français devraient savoir que si on décline les invitations de façon répétée, cela implique un refus de la relation. Beaucoup d'Iraniens se donnent beaucoup de mal pour ne pas faire savoir à un ami ou un parent qu'une visite n'est pas bienvenue. Un hôte qui refuse une invitation se doit de fixer une autre rencontre. La plupart des Iraniens apprécient une bonne conversation; on passe beaucoup de soirées en Iran avec des amis ou des parents, simplement à grignoter des pistaches et à causer.

 

Fêtes et célébrations :

red_flash.gif (995 octets) LE SAVIEZ-VOUS?

CHiraz est connue en Iran pour avoir un climat qui suit le calendrier. Les fleurs printanières éclosent le 21 mars, le temps chaud commence le 21 juin, les premières feuilles tombent le 21 septembre et le temps froid commence le 21 décembre.

red_flash.gif (995 octets) LE SAVIEZ-VOUS?

La mer Caspienne n'est pas une mer, mais le plus grand lac du monde.

Une des principales fêtes de l'année est plus ancienne que l'islam. No-Rouz (Nouvel An) continue d'être célébré partout en Iran, le 21 mars. Les célébrations durent 13 jours, bien que les bureaux ne soient fermés que pendant 5 jours. De nombreuses traditions sont associées à No-Rouz, notamment la préparation de repas et d'arrangements particuliers, le fait de rester hors de la maison le 13e jour et, surtout, les feux de joie. Le mercredi précédant le Nouvel An, les Iraniens bondissent par-dessus les feux de joie en gage de chance et de bonne santé. Cette pratique, qui consiste à tirer sa force du feu, remonte à des milliers d'années avant l'islam et est un vestige de l'ancienne religion de l'Iran (Zoroastrionisme).

Le nouvel an iranien, No-Rouz, est la plus grande fête de l’année. D’origine très ancienne et liée aux croyances mazdéennes, elle était déjà célébrée à l’époque achéménide lorsque les rois fêtaient le retour du printemps en grande pompe à Persépolis.

Les préparatifs de No-Rouz commencent longtemps à l’avance : c’est une fête qui se déroule essentiellement en famille ou entre amis et qui dure treize jours au total. C’est l’occasion de grands repas mais également de certaines cérémonies anciennes qui sont toujours pratiquées. Par exemple, le jour de chahârshambe-ye suri (dernier mercredi avant le Nouvel An), de nombreux petits feux de joie sont allumés dans les rues. Jeunes et vieux sautent par-dessus ces feux pour s’assurer du bonheur pour l’année à venir.

Dans chaque maison, une table spéciale est dressée pour No-Rouz, la table des haft sin (les sept S), sept objets symboliques commençant par la lettre S. La place centrale revient au sabzi, une motte de blé germé ou de lentilles , symbole du renouveau. Autour, on dispose sir (ail), sib (pommes), sendjed (jujubes), serke (vinaigre), samanu (une espèce de halva aux noix), et sekeh (pièce d’or). Un miroir, un Coran, du pain, un bol d’eau où flotte une feuille verte, un bocal avec un poisson rouge (symbole de vie), des oeufs durs colorés (une mère de famille doit en manger un pour chacun des enfants qu’elle a eu) et diverses sucreries complètent la table. Toute la famille se réunira autour de cette table pour attendre le passage à la nouvelle année.

Les douze jours suivants sont traditionnellement passés à rendre visite aux amis et connaissances ou à les recevoir en retour chez soi, visites qui sont naturellement l’occasion de repas et cadeaux.

Le treizième jour après le Nouvel An, appelé sizdah bedar (treizième dehors), est l’occasion de grands pique-niques en famille. La coutume veut que l’on jette loin de la maison les sabzi, le blé germé que l’on a gardé depuis le jour de l’an, et que toute la famille quitte la maison pour éloigner le mauvais sort. C’est un jour d’exode massif vers la campagne et les parcs.

L'Iran est en effet le seul pays au monde qui vit au rythme de deux calendriers, l'un civil et solaire, l'autre lunaire et religieux (Hégire), mais qui ignore superbement le grégorien. Le calendrier musulman se base sur l'exode du prophète de La Mecque à Médine à l'âge de 42 ans, alors que le calendrier iranien débute avec la naissance du prophète.

La Saint sylvestre et le 1er janvier 2000 seront évidemment fêtés par les chrétiens, qui sont quelque 300.000, Arméniens et Chaldéens, mais aussi par la communauté étrangère et par de nombreux Iraniens aisés, notamment du nord de Téhéran, qui voudront s'unir par la pensée avec ceux de leur famille en Occident.

En revanche, pour l'immense majorité des quelque 60 millions d'Iraniens de confession musulmane chiite, la nuit du 31 décembre au 1er janvier sera une nuit de prière, marquée par des cérémonies dans toutes les mosquées du pays.

Ce sera le "Ghadr", un des temps forts du chiisme, qui célèbre la mort, après une longue agonie, de l'imam Ali, le "commandeur des croyants", frappé et martyrisé à Koufa, en 661 après Jésus-Christ, puis enterré à Nadjaf, deux villes saintes d'Irak.

En Iran, les médias, les écoles, les dirigeants politiques, toutes les fêtes non musulmanes se réfèrent au calendrier national, hérité de la Perse antique, qui commence le jour du printemps, en général le 21 mars -- mais ce sera le 20 mars en l'an 2000.

Le calendrier grégorien est familier uniquement de ceux qui travaillent avec les entreprises ou pays étrangers.

Le calendrier iranien a été créé il y a 7.000 ans, en fonction du livre saint des Zoroastriens, l'Avesta, dont les douze mois sont toujours en vigueur.

Le zoroastrianisme, la religion de Zarathoustra, qui adore le Dieu créateur Ahura Mazda, principe du bien, est considéré par de nombreux théologiens comme l'ancêtre des religions monothéistes.

Le calendrier iranien fut interdit lors de la conquête arabe, aux premières années de l'Hégire, et il faudra attendre 1850 pour qu'il réapparaisse, mais cette fois-ci basé sur la naissance du prophète Mahomet.

En 1925, Reza Pahlavi, le père du dernier Chah d'Iran, commence à "dés arabiser" l'Iran en réformant le calendrier et en rétablissant les mois de l'Avesta.

Pour les Kurdes, les feux de joie ont une signification particulière; ils rappellent Kawa, le héros mythique kurde, le forgeron qui libéra les Kurdes d'un tyran. Lorsque les Kurdes allument des feux dans leurs rues ou au sommet de leurs montagnes, c'est pour eux une façon de se rappeler qu'ils sont un peuple distinct.

Arts et littérature :

Le patrimoine artistique iranien remonte à des milliers d'années. De magnifiques sculptures en pierre vieilles de 2600 ans existent toujours; également, depuis des siècles, l'Iran est réputé pour ses tapis, ses miniatures, ses bijoux et sa poésie. Chaque nouvelle vague d'envahisseurs en Iran apporta ses propres traditions artistiques. Les décors de mosaïques iraniens célèbres à travers le monde sont un héritage des Mongols; la tradition iranienne de la calligraphie (où l'écriture devient une forme d'art) remonte au règne des califes arabes.

La littérature iranienne commence avec des textes religieux écrits dix siècles avant Jésus-Christ. Depuis, les auteurs iraniens les plus connus ont été des poètes. La poésie est toujours très populaire en Iran.

De tous les poètes classiques iraniens connus comme Ferdowsi, Hafez et Saadi, le plus familier est Omar Khayyâm : «Une miche de pain, une cruche de vin et toi»

Pour en savoir plus :

Beaucoup de bibliothèques et librairies possèdent une bonne sélection de livres sur l'Iran. Les ouvrages sur la récente situation politique sont généralement les plus faciles à trouver, mais d'autres sont utiles à lire.

Entrez ici - Sommaire GénéralSommaire